Église Saint Georges - Quai Fulchiron 69005 Lyon secretariatsaintgeorges@gmail.com 04 72 77 07 90

Projet de relevage

Présentation des travaux : voir plus bas


L’association AMORSAGE

Depuis les années 1990, un projet de restauration du grand orgue de Saint-Georges est à l’étude, porté par une association loi 1901 – AMORSAGE (AMis de l’ORgue de SAint-GEorges) – créée à cet effet en 2004.

L’association compte 124 membres.

Le conseil d’administration se compose de l’abbé de Montjoye, membre de droit, et huit membres proposés en fonction de leurs compétences financières, juridiques, associatives ou encore travaillant dans le domaine de la communication, de l’entreprise, sans oublier un organiste.

Le bureau est composé de quatre membres : madame Brigitte Horiot, présidente, Monsieur Ghislain de Seguins Pazzis, vice-président, madame Anne Courcier, secrétaire, monsieur Bruno de Seguins Pazzis, trésorier. 

Nous entrons dans la phase « action » de notre beau projet.

La mairie de Lyon nous fait confiance,
et l’intérêt que vous manifestez pour le relevage de l’orgue
en souscrivant à l’association AMORSAGE
y est pour quelque chose.
Il est important de rester mobilisés
pendant la recherche de fonds et jusqu’à la fin des travaux.

Nous comptons sur vous pour renouveler votre adhésion à l’association AMORSAGE

Des tables seront disposées en sortie de messe pour recevoir vos bulletins d’adhésion.

La campagne de financement par Credofunding commencera le 1er mars

mais nous avons besoin de vous pour trouver des fonds :

  • sollicitez vos amis pour un DON
  • demandez à des entreprises pour du MECENAT

Les travaux devraient commencer en juin prochain et durer un an.

Rappel pour les dons :

– Dons à l’ordre d’AMORSAGE (sans reçu)

– Dons à l’ordre de « Fondation Saint-Irénée – AMORSAGE ». La fondation offre l’avantage de permettre au donateur d’avoir 75% de réduction d’impôts au titre de l’ISF, 66% de réduction d’impôts au titre de l’impôt sur le revenu et de 60% de réduction d’impôts pour les entreprises.

– Dons à l’ordre de « ADL- sanctuaire Saint-Georgesdépôt travaux» avec déduction fiscale de 66% au titre de l’impôt sur le revenu.

Pour plus d’informations :

                                 Brigitte Horiot, Présidente d’AMORSAGE : bhoriot@gmail.com,

                                 Bruno de Pazzis, trésorier : depazzis.bruno@neuf.fr

Présentation des travaux 

L’orgue de l’église Saint-Georges se présente à nous dans un bon état de conservation concernant ses structures, ses éléments techniques et sonores, et ce malgré certains éléments en bois tendre attaqués par le vers à bois. À l’examen de celui-ci, force est de constater que son fonctionnement n’autorise plus son utilisation liturgique. Les sommiers ont eu beaucoup à souffrir des violentes et brusques variations de température et d’hygrométrie.

Lors de la visite  de l’orgue sur site, il a été possible de remettre sous pression les réservoirs d’air ainsi que l’ensemble des éléments techniques de l’instrument (sommiers, relais, poumons de tirage de jeux), et de remettre sous tension les différents organes techniques fonctionnant en TBT (très basse tension) 12V. Cela a permis d’entendre et d’analyser la spécificité de l’harmonie en faisant marcher quelques tuyaux parmi les nombreux autres qui sommeillent dans la matière endormie de cet instrument muet depuis 1971 :

– l’architecture sonore repose sur des jeux principaux solides et affirmés (montre, prestant, doublette, etc.) ;

– les jeux de fonds sont colorés et personnalisés (bourdon, flûte) ;

– il y a dans l’ambiance sonore une dimension orchestrale affirmée par la présence des nombreux jeux gambés (salicional, gambe, voix céleste).

Les quelques notes de pédale que nous sommes arrivés à faire jouer confère à ce plan sonore une bonne assise à toute cette charpente harmonique. Plus surprenant encore est la finesse de l’harmonie dans les jeux de détails, et la recherche d’une forme d’identité de chaque jeu :

– les flûtes harmoniques ou flûtes traverses sonnent à l’imitation, très proches de la flûte traversière d’orchestre ;

– les jeux gambés rappellent un ensemble de cordes (violons, altos, violoncelles, …) ;

– le hautbois du récit donne l’illusion du hautbois d’orchestre.

Cette opération a permis d’établir de manière précise le diagnostic suivant :

a) sur le plan technique :

– un traitement fongicide s’impose ;

– les cuirs des réservoirs d’air sont encore souples et étanches ; 

– les nombreuses fuites sont essentiellement dues à la dégradation des porte-vent en zinc ;

– le câblage TBT est sain et ne nécessite pas de remplacement systématique ; 

– le moteur ventilateur nécessite une révision fondamentale voire un remplacement (option) ;

– tous les contacts de la console sont oxydés mais ne nécessitent pas d’être remplacés, ils doivent être nettoyés et protégés ; 

– la dynamo qui fournit la TBT fonctionne encore mais devra être remplacée par un redresseur neuf ;

– tous les communs devront être câblés à neuf ;

– tous les appareils de traction (relais de notes, sommiers, poumons de tirage de jeux) seront remis en peau et étanchéisés par regarnissage des joints d’étanchéité.

b) sur le plan sonore :

– tuyauterie en bon état malgré quelques tuyaux affaissés ; 

– un réencollage des tuyaux en bois est indispensable ;

– les râteliers de maintien des tuyaux sont à reprendre ;

– il faut repenser entièrement l’accès à l’entretien en réalisant des passages aisés pour l’accord. 

Le projet consiste à réparer toutes les avaries et dysfonctionnements liés à la situation d’usure technique et à assurer une pérennité d’utilisation irréprochable. Il se décompose en deux points principaux pour réussir cette opération patrimoniale qui doit être garantie contractuellement au minimum 10 ans :

– restauration fondamentale des sommiers, relais, tuyauterie en bois (éléments de peausserie, joints d’étanchéité et étanchéisation), traction électro-pneumatique et console ;

 – révision du moteur ventilateur qui sera conservé ou remplacement par un neuf, restauration soigneuse de la tuyauterie en métal, révision des grands réservoirs d’air et de la distribution du vent (porte-vent).

À ce projet technique se greffe un projet humain, qui se concrétise sous la forme d’une participation collective d’une équipe constituée de personnes bénévoles issues des forces vives de la paroisse, membres de l’association AMORSAGE en charge du dossier de l’orgue, et qui par leur travail, inscrivent dans le temps une aventure humaine inoubliable.

Les restaurations sur site, formule qui nous est proposée, permettent de sensibiliser et d’associer les responsables et intervenants locaux en organisant des visites de chantier, en expliquant les différents travaux qui sont réalisés, ce qui  permet de former des responsables locaux, issus des personnes ayant côtoyé le chantier pendant toute sa durée, à des opérations de dépannage et de petits entretiens, et ce qui confère une certaine indépendance aux responsables en charge de l’instrument.

En fonction de l’aide qui est apportée et du nombre de bénévoles qui s’investissent dans les travaux, leur intervention ne se limite pas uniquement au nettoyage des buffets, mais est alors naturellement ciblée sur des opérations plus spécifiques comme le dépoussiérage et le nettoyage des tuyaux en métal, le traitement fongicide et le réencollage des tuyaux en bois, la participation à la restauration des sommiers, etc. Cette solution, qui a été retenue, permet une économie des heures de travail ayant un impact conséquent sur le prix de la restauration.

Il en va de même pour la pension et l’hébergement, ainsi que les frais d’échafaudage qui, s’ils sont directement assumés sous la forme d’un mécénat, représentent une économie non négligeable. 

Ce principe de travail participatif et collectif est une solution d’avenir, qui permet de faire aboutir des projets techniques et musicaux ambitieux de qualité, à l’instar de la restauration du grand orgue de l’auditorium Maurice Ravel à Lyon. Cela autorise aussi un budget qui reste accessible à un autofinancement par des organismes privés qui restent libres de leurs choix, en regard des incertitudes économiques actuelles, accompagnées des désengagements de l’État envers les collectivités. 

L’instrument ainsi restauré sera le témoin fidèle du savoir-faire en facture d’orgue et de la richesse culturelle et musicale de la dynastie des Merklin ; il pourra alors jouer pleinement son rôle cultuel, culturel et pédagogique.

Michel Gaillard

Facteur d’orgue


Description de l’orgue

DISPOSITION DES JEUX AVANT TRAVAUX

Grand orgue  56 notes                  Récit expressif 56 notes                          Pédale30 notes

Bourdon 16′                                   Gambe 8′                                                 Flûte 16′

Montre 8′                                       Voix céleste 8′                                          Flûte 8′

Flûte 8′                                           Flute traversière 8′                                   Bourdon 16′

Salicional 8′                                   Bourdon 8′                                               Bourdon 8′

Bourdon 8′                                     Flûte Harmonique 4′                                Flûte 4′

Flûte 4′                                           Nazard 2 2/3′

Prestant 4′                                      Basson Hautbois 8′

Doublette 2′                                  Soprano 4′

Trompette 8′

Clairon 4′

 

I/P  ,  II/P  ,  II/I en 16′ et 8′

Appel anches  I

Appel  anches II

Expression à bascule

Combinaison libre

Trémolo

DISPOSITION DES JEUX APRÈS TRAVAUX

Grand orgue                                           Récit expressif                                        Pédale

Bourdon 16′                                           Gambe 8′                                                  Flûte 16′

Montre 8′                                                Bourdon Harmonique 8′                          Flûte 8′

Flûte 8′                                                   Voix céleste 8′                                          Flûte 4′

Salicional 8′                                            Flûte octaviante 4′                                   Basson16′

Bourdon 8′                                              Octavin 2′                                                Trombone 8′

Prestant 4′                                               Trompette 8′

Flûte 4′                                                    Basson Hautbois 8′

Doublette 2′                                            Voix humaine 8′

Cornet V

Plein jeu III

Trompette 8′

Clairon 4′

 Tous les accessoires seront conservés  et quatre combinaisons fixes seront  ajoutées à savoir :

piano, mezzo forte,  forte et tutti .

Console

MMK 1945. Séparée, retournée face à la nef ; en chêne à rideau.

Deux claviers de 56 notes, en chêne, plaqués ivoire et ébène.

Pédalier de 30 notes, en chêne, parallèle.

Tirants de registres : dominos basculant avec pastilles de couleur, situés en ligne horizontalement au-dessus des claviers. Langues de chat au-dessus des dominos.

Huit pédales de fer, à accrochage de gauche à droite ; Tir I, Tir II, Tir II/I en 16, II/I en 8, Double registration,

AN I, AN II, Trémolo. Pédale d’expression à bascule (Récit) au centre. Banc MMK à lyre.

Plaque « Michel/Merklin & Kuhn S.A./Lyon »

Transmission

Electrique ; hors d’usage (fils arrachés au Grand Orgue, court-circuits).

Disposition générale des sommiers

– Grand Orgue : un sommier diatonique, à gravures, les dessus au centre, avec double laye.

– Récit : Une octave chromatique puis dessus diatoniques en mitre à partir de c (ancien Récit de 42 notes de Merklin-Schütze complété par Merklin 1873).

Tuyauterie

Grand Orgue, de l’avant vers l’arrière

– Montre 8, avec quelques tuyaux de basse en zinc.

– Prestant 4,

– Doublette 2,

– Flûte harmonique 8, C-H en bois ; au centre en métal.

– Flûte douce 4, métal

– Salicional 8,

– Chape vide prévue en 1945 pour un Plein Jeu III,

– Trompette 8,

– Clairon 4,

Sur un sommier électropneumatique indépendant, contre le mur, à la hauteur des sommiers du Grand Orgue :

– Bourdon 16 et Bourdon 8 C-H sapin.

Sur ce sommier,

Pédale 

– Flûte 16-8-4 par dédoublement électrique : C-H bouchés puis deux octaves ouvertes en sapin Merklin-Schütze.

Compléments Flûte 4, métal, Mmk (marqués au fer).

Récit expressif, de l’avant vers l’arrière

– Bourdon 8, sapin

– Flûte Harmonique 4, métal

– Flûte traversière 8 C-H sapin, au c. métal

– Gambe 8 C-H sapin , à partir du centre étain

– Voix Céleste 8

– Nasard 2 2/3 MMK en métal

– Basson-Hautbois 8

– Soprano 4, 6 premiers tuyaux en zinc.

Alimentation

Deux grands réservoirs à plis parallèles superposés, d’origine, chargés de gueuses de fonte. Réservoir inférieur : quatre plis compensés (deux fois un pli rentrant et un pli sortant), parallélisme en  fer. Réservoir supérieur à deux plis compensés (un rentrant et un sortant).